Le Misanthrope (II, 4 extrait): Plan pour une lecture analytique

06 Avr Le Misanthrope (II, 4 extrait): Plan pour une lecture analytique

ACASTE

Dieu me damne, voilà son portrait véritable.

CLITANDRE

Pour bien peindre les gens vous êtes admirable.

ALCESTE

Allons, ferme, poussez, mes bons amis de cour;

Vous n’en épargnez point, et chacun a son tour:

Cependant aucun d’eux à vos yeux ne se montre,

Qu’on ne vous voie, en hâte, aller à sa rencontre,

Lui présenter la main, et d’un baiser flatteur

Appuyer les serments d’être son serviteur.

CLITANDRE

Pourquoi s’en prendre à nous? Si ce qu’on dit vous blesse,

Il faut que le reproche à madame s’adresse.

ALCESTE

Non, morbleu! C’est à vous; et vos ris complaisants

Tirent de son esprit tous ces traits médisants.

Son humeur satirique est sans cesse nourrie

Par le coupable encens de votre flatterie;

Et son coeur à railler trouverait moins d’appas,

S’il avait observé qu’on ne l’applaudît pas.

C’est ainsi qu’aux flatteurs on doit partout se prendre

Des vices où l’on voit les humains se répandre.

PHILINTE

Mais pourquoi pour ces gens un intérêt si grand,

Vous qui condamneriez ce qu’en eux on reprend?

CELIMENE

Et ne faut-il pas bien que monsieur contredise?

A la commune voix veut-on qu’il se réduise,

Et qu’il ne fasse pas éclater en tous lieux

L’esprit contrariant qu’il a reçu des cieux?

Le sentiment d’autrui n’est jamais pour lui plaire;

Il prend toujours en main l’opinion contraire,

Il penserait paraître un homme du commun,

Si l’on voyait qu’il fût de l’avis de quelqu’un.

L’honneur de contredire a pour lui tant de charmes,

Qu’il prend contre lui-même assez souvent les armes;

Et ses vrais sentiments sont combattus par lui,

Aussitôt qu’il les voit dans la bouche d’autrui.

ALCESTE

Les rieurs sont pour vous, madame, c’est tout dire,

Et vous pouvez pousser contre moi la satire.

 

Problématique: En quoi peut-on dire que ce texte met en lumière une hypocrisie générale?

Plan proposé:

I/ Le refus de la parole vraie

A. Fausse louange et flatterie des petits marquis

B. Alceste n’ose pas attaquer Célimène

C. Célimène ne répond pas directement à Alceste

=> Société fausse, où personne ne parle franchement à personne.

II/ La colère d’Alceste

A. Ce qu’il dénonce: un paradoxe

B. Comment il le dénonce: de l’ironie à l’emportement

C. A quoi il se heurte: les règles de politesse

=> Alceste, par sa colère, est en totale opposition avec le monde qui l’entoure.

III/ La contradiction d’Alceste

A. La remarque de Philinte

B. L’ironie de Célimène

C. La défaite d’Alceste

=> Défaite qui annonce sa fuite à la fin de la pièce

 

 

Pas de commentaire

Poster un commentaire