« L’Albatros » (Charles Baudelaire, 1857): plan de commentaire littéraire

12 Mar « L’Albatros » (Charles Baudelaire, 1857): plan de commentaire littéraire

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid!
L’un agace son bec avec un brûle-gueule.
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait!

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

Problématique: comment cette figure de l’albatros illustre-t-elle le spleen et l’idéal baudelairien?

Plan proposé:

I/ Deux espaces distincts

A. Le sol, monde des hommes

B. Le ciel, domaine de l’albatros

II/ Le récit d’une chute

A. Une scène cruelle de la vie en mer

B. La déchéance de l’oiseau

III/ Un sens symbolique: la double condition du poète

A. Du récit au symbole

B. La correspondance entre l’albatros et le poète

Pas de commentaire

Poster un commentaire